12/20/2008

b w o

youneverreachreachyouneverreacheyouneverreachorgan. touchdown. breakball. limit shoot. slope. cup. of which is fare. come round again. hurried by its. people. some to wear. come roun the ville. its worncap on. it is a broader border than you say.


You never reach the Body without Organs, you can't reach it,
you are forever attaining it, it is a limit. People ask, So what is this BwO? - But you're already on it
have scorned to the knight. she beared. her beast.
, scurrying like vermin, grouping like a blind person, or running like a lunatic: desert traveller and nomad of the steppes. On it we sleep, live our waking lives, fight - fight and are fought - seek our place, experience untold happiness and fabulous defeats; on it we penetrate and are penetrated; on it we love. (DoG, 1987: 150)

IN yer Dog. On it we love. fabulous breath. indeed come to your chair.
So
so
yer sewn
sown
s'own
so so so
misssosotriste~

11/27/2008

of b o l d

Oedipus he's too hard on three. thee. thee . thee. there to come. as gum. bridge. budge working . nave to tea. air to water. Mister. Won't come his schizoanalysis. As long as its portal of production not circle of endless infinite. repeat. DiffRence of. That way it go. There to see. Here to hold. Wait hold? what? holding what? sheering. night. as cracks. in memory. close the look. Oeuvre of bold

11/24/2008

you

Oedipus you little shit! you will never find your Mama! so shut the hell up!
back to the den! you thief!

11/19/2008

between bust top how many bad cinema? Mister Anti? How much multiplicity is bearable before training the loop?

when is alterity responsible for the future of the other

In these autistic austerities we found lies. Many that were sooth to wain their birds over heather and glen. This on the children of fort. Not da, but fort fort fort.

11/17/2008

body with Out OrgaNs_Re: Body without Organs Miller Ma'am : P- ART 1 Mr. Man


Dear One and More ___



I appreciate you statement and can easily imagine Miller being bored, but then suddenly, in a blinding flash, as he does in all of his books, being fascinated with the idea behind it just as he was by Artaud the poet who invented all ofthese weird and wonderful terms. But one cannot speak for Miller, can one... but I can throw out a few things. Like I don't think he would be bored once he had started reading, I suspect he would lose his breath reading Antioedipus and its fascinating machinery of poetics and! noetics, a sort of Kantia joke. After what is the body without organs but everything Miller was driving at... I have Tropic right beside the p.c. and Capricorn is behind me... Miller is one part of the A/O and its backbone resting against its literary proper names, its machines of reading coupling and connecting to Miller and scores of other writers... HavE you read the Hamlet letters of Miller to his friend Fraenkel (I think that is the name) ? I first heard of the reading A/O when I was a kid , back in the 70's. Well, I went straight to the library and read right through them, and everything DeleuzeGuattari is saying is right there, give or take an idea here and there, an expression here and there, and the rather pedantic (wonderful pedanticism! dont get me rong! its a flying buttressed sort of didacticism they teach, a hodge-podge of bricoleurs constructions, which is what Miller and Artaud and many others were doing..in art back then..) You see, if I may, I think so many people take this body without organs and visualize it and that is not what it's meant for. It's something you live and do,a practice of intensity outside of the normal images you have of your organized body.Without wishing to seem preachy and know it all, what Guattari and Deleuze are saying is get out, and they say that just about everywhere in their books, and there is nothing new about that, and that is why [one reason anyhow] they harp onwriters writers in their books... it's about productio
n and desire and getting out...
Whata great writer Miller was. it's so obvious, you just pick him up again after years or months and there is ! Ploughing away and making new spaces, and new lines of escape and flight,

a Molecule shooting off into the deterritorialized spaces of his body-without-organs, and Bang! What!!

Cordially
C ~~ D ~ .

__________________________________
For you can tie me up if you wish,but there is nothing more useless than an
organ.When you will have made him a body without organs, then you will have
delivered himfrom all his automatisms and restored him to his true
freedom.Then you will teach him again to dance wrong side outlike in the
frenzy of dance hallsand his wrong side out will be his real place.
-- Antonin Artaud

____________________________________

Body without Text

+ From: AntiOedipus

Ha! there was a body without organ texts. And they were sitting on the
fence, facing the recto verso version of their self. What slave of self
was it they fourfaced in the varied corner of their structured
simultaneous self-hood. What blood was it poured down them?
Sifting through the city market of his dead body piece (god
scattered rafter scaffolds all about), the left handed god awakened
finally.
The right handed sheep death at last. Some nominative noun passed
on finally. And the anglo-saxon language of sleep awoked near the end of
bridges and other torments. A peronsalized self dread walked away from,
near the infinite Knight of armour and infinite delectation and
repetition. O Angels! O Savoir!
What peel of lip
O lover of my mouth
.
You who are San Francisco a whole city character allegory
A figure-image name Nietzsche Daugher and Milton agains the
Zarathustra wind and thunder of prolegemonon
rolling word of tinder and sex pull in arrondissment street
through quarter and avenue of every funeral and Pere Lachaise
O stinger of the chill spine
malevont as night's deepest witch
As sex and dead desire the buddhist money on my back.
Dead philosopher of the sage West run back east to hear the curtain
call of saviour and rest.

Now breath and die O anagram
Breath and reposed in the arms of the nymph
travelling the link of street and desire
O Anagram of nymph and play
against any desire

any word

whisper

11/15/2008

Autopoiesis

"An autopoietic machine is a machine organized (defined as a unity) as a network of processes of production (transformation and destruction) of components which: (i) through their interactions and transformations continuously regenerate and realize the


09/11/08

nto that is what I calls squaring.

she write "sqaured hypoteuse of bloc"

as wind does.

as any hoof bangs.
cape flung carriage!

Wheeled her winging. O come along now, Derry, there's nothing left there, but the nothing.

More Soon! good Blog!

network of processes (relations) that produced them; and (ii) constitute it (the machine) as a concrete unity in space in which they (the components) exist by specifying the topological domain of its realization as such a network." (Maturana, Varela, 1980, p. 78)
"[…] the space defined by an autopoietic system is self-contained and cannot be described by using dimensions that define another space. When we refer to our interactions with a concrete autopoietic system, however, we project this system on the space of our manipulations and make a description of this projection." (Maturana, Varela, 1980, p. 89)
______________________________
"[…] the space defined by an autopoietic system is self-contained and cannot be described by using dimensions that define another space. When we refer to our interactions with a concrete autopoietic system, however, we project this system on the space of our manipulations and make a description of this projection."

11/07/2008

13 yrs treize ...

1995 - Gilles Deleuze, (b. 1925)

anniversary

_________________

13 yrs
since the death of the philosopher



11/05/2008

10/03/2008

little shit

charming women you have know n AntiOedipus. Bloated femme Oedipal Monstresss. Aas beauty was not her forte she catptured the dead to kill them.
but who wins inthe end:? Becomings Win
the little Shit not
the Nazis.
Posted by Picasa





we told you to be good !
you little italian shit!













Posted by Picasa

9/19/2008

SchizA

Extrait audio d'après : La voix de Gilles Deleuze en ligne - Anti-Oedipe, transcription : Frédéric Astier, cours du 27/05/80 - 2 46'44.
assembled by Doc. Mango

from

http://www.univ-paris8.fr/deleuze/art...

8/31/2008

because because because its machines not boobs~

Mona has her arse up sleeve she delivers dollars and gold
making like the rent has to be paid knowing its delivery its purely pedant on desires acka Lady Madonna baby at her orchid~

because because everywhere it is machines not scholars.

the double betrayal of the scholar and the lover

arthu



r moon: deleuze scholarPosted by Stuart in: art, found, webcomics, www | Because it’s Monday, and because Kevin Church showed me the future of the medium. A NSFW comic mashup between Wikiquote, Overheard At Western and Miss America Magazine.

|
|
|
|
|
|
|
|
|
|
|
|
|
|
|
|V
|
|
|I
|
|A

|
|
|
Stuart Immonen

6/13/2008

Anti seeks

“Lines of flight are everywhere. They constitute the available means of escape from the forces of repression and stratification. Even the most intense strata are riddled with lines of flight.” –




Anti looks for line of flight not fighting word. But verb to rim her grease pole, it st

the summer time tough




5/28/2008

Internet : de quel séisme parle-t-on ?






par Pierre Lévy
Mise en ligne le mardi 11 mars 2008

Le récent livre de Marc Le Glatin, Internet, un séisme dans la culture, accomplit au moins trois gestes intellectuels. Premièrement, il résume les principaux faits concernant l’évolution des pratiques culturelles sur Internet, et tout particulièrement la multiplication et la banalisation des téléchargements « gratuits » d’œuvres protégées en principe par la propriété intellectuelle. Deuxièmement, il interroge les notions de propriété intellectuelle et de diversité culturelle à lumière des nouveaux possibles ouverts par Internet. Troisièmement, il propose quelques pistes de solutions aux problèmes économiques et juridiques (et notamment la rémunération des artistes) que soulève la transformation en cours dans l’univers de la communication. Autant les faits me semblent correctement cernés et les questions dignes d’être posées, autant les solutions proposées, inspirées d’un mixte de jacobinisme centralisateur, de socialisme et de postmodernisme, me paraissent trompeuses, parce qu’elles s’appuient sur des présupposés philosophiques et politiques contraires à l’esprit de la mutation culturelle en cours. Je discute les thèses principales de l’auteur et propose des pistes de réflexion alternatives faisant appel à la philosophie de l’intelligence collective, plus propres à tirer le meilleur parti des nouvelles possibilités techniques au service de l’émancipation et du développement humain.

The recent book from Marc Le Glatin, Internet, un séisme dans la culture ?, performs three intellectual acts. First, it resumes the main facts concerning the evolution of cultural practices on the Internet, particularly the multiplication of « free » downloading of works that are in principle protected by intellectual property. Second, it interrogates the notions of intellectual property and cultural diversity in relation to the new possibilities opened up by the Net. Third, it proposes some tentative solutions for legal and economic problems, mainly the artists remuneration, related to current media transformations. Facts are correctly outlined and questions are worth asking. But the proposed solutions – inspired by a mix of centralizing jacobinism, socialism and post-modernism – sound deceptive because they are based on philosophical and political presuppositions that are quite contrary to the current stream of cultural mutation. I discuss the author’s thesis from the standpoint of a philosophy of collective intelligence and proposes some solutions oriented toward the best exploitation of the new technical possibilities in the service of human development and emancipation.


via mUltitudes

Can you dig sez Mona, as when the hot bread grows wide










respecting Creative Commmons


Regime des droits d’auteur

Mise en ligne le mercredi 21 février 2007

Le site Multitudes -Web ei les oeuvres de l’exprit qui y figurent sont régis par la licence « Creative Commons »de type : paternité, non commerciale, non modifiable.

http://creativecommons.org/licenses...

Cette licence implique le droit de reproduire les textes mis en ligne en respectant le régime de propriété et de protection defini par la licence.

C’est à dire que le teléchargement, la reproduction, la diffusion des œuvres protégées est possible aux conditions suivantes :

1) Le nom de l’auteur, la référence première de la publication papier doivent apparaître.

2) Le texte n’est pas modifiable et doit donc être reproduit correctement.

3) Tout usage commercial du texte ou de l’œuvre est interdit.

4) Ces clauses doivent être reproduites chaque fois que le texte ou l’œuvre fait l’objet d’une reproduction ou diffusion.

5) Toutes les exceptions aux droits d’auteurs (droit de citation, droit de copie privée, droit de reproduction à des fins de recherche et d’enseignement, droit de parodie ou caricature) sont garanties.

Chacune des trois premières restrictions peut être levée avec l’accord écrit de l’auteur sollicité directement ou par l’intermédiaire de la revue qui transmettra la demande.

5/26/2008

Did the philosopher Hegel talk about the "cunning of reason"?








5/18/2008

his assole hiatus




gd loves jesus. b

t it is me. iam the frown on his asshole!



ahahah
good line,a
are you gay?
asking jesus for a date?
witha gay minister !

frmhell!


4/08/2008

Une minute de lecture #09 - Deleuze & The oslo deadtrash


Between yer capital and yer schizophrenia what lies between ?

The mouths of moth and breasted scenes. Gathered by gulps and harped by seems. Lovers traces play their accordians.

_________________________

#09 Mille plateaux
Deleuze et Guattari
Ed. Minuit
Musique : The oslo deadtrash project - +7
tripostal records
http://www.tripostal.be

Fimée à la Quarantaine
Rue Lesbroussart - Bruxelles
http://www.quarantaine.info
(




4/03/2008

Anti O and O o o o ooh

Antioedipus had grandchildren great grandchildren
dozens of them inthe flying the buckets
the flying buttocks of the sky
various and narrative they were
sons and daughter of sore necked
deities of breathing boo hoo

Hugo Wolf Quartet - Bela Bartok

"Third Man" lookalike music clip. Bela Bartok, String quartet IV
Film by Jasmina Hajdany


and this Bartok guy?
first heard in the 70's ...living on Villeneuve sharing a
a place with David ....
yes ...
yes, then Stravinsky and Hendrix's Machine Guy Carnegie Hall....


3/27/2008

Acte de création (:) Deleuze.

feel the familial anus
The family is at the same time an anus that retains, a voice that resounds, and a mouth that consumes: its very own three sytheses, since it is a matter of connecting desire to the ready-made objects of social production. Go buy madelines in Combray if you really want to feel the vibration.
_______________________
-- G.Deleuze and/or F.Guattari
AntiOedipus (p.125)


Flèches lancées contre la bêtise : "créer, c'est résister". Extraits audios d'après Abécédaire (L, O, I, E).
akdown
Desiring-machines work only when they break down, and by continually breaking down.
_______________________
-- G.Deleuze and/or F.Guattari
Anti-Oedipus (p.8)

--------------------------------------------------



















internalized
[T]he decoding of flows in capitalism has freed, deterritorialized, and decoded the flows of code just as it has the others--to such a degree that the automatic machine has always increasingly internalized them in its body or its structure as a field of forces, while depending on a science and a technology, on a so-called intellectual labor distinct from the manual labor of the worker (the evolution of the technical object).
_______________________
-- G.Deleuze and/or F.Guattari
Anti-Oedipus (p.233)

3/14/2008

Ah...Mister Guattari


-- Jill met Felix the cat to walk around the strolling schizo ~ o f desire~ machinnation and then got depressed __ after the book came out and out an OUt~ alors,
alors

on recherche des événements ~ Poésie dans le recueil des poets schizoanalyst.



'Ah, par quelle délicatesse des chose notre livre se termine un 31 décembre (1971), afin de bien marquer que les fins sont les débuts. Ce travail est bien joli, marque de votre force créatrice a vous,
et de mon effort inventif et huileux"
Deleuze. lettre a Guattari, non date_ archive IMEC_
about the completion of Antioedipus
which was published in March of 1972

Non datee _ mais ~ written nearby







Reason is always a region cut out of the irrational--not sheltered
from the irrational at all, but a region traversed by the irrational
and defined only by a certain type of relation between irrational
factors. Underneath all reason lies delirium, drift. Everything is
rational in capitalism, except capital or capitalism itself.



internalized
[T]he decoding of flows in capitalism has freed, deterritorialized, and decoded the flows of code just as it has the others--to such a degree that the automatic machine has always increasingly internalized them in its body or its structure as a field of forces, while depending on a science and a technology, on a so-called intellectual labor distinct from the manual labor of the worker (the evolution of the technical object).
_______________________
-- G.Deleuze and/or F.Guattari
Anti-Oedipus (p.233)



The rhizome is an antigenealogy. It is a short-term memory or antimemory. The rhizome operates by variation, expansion, conquest, capture, offshoots. Unlike the graphic arts, drawing or photography, unlike tracings, the rhizome pertains to a map that must be produced, constructed, a map that is always detachable, connectible, reversible, modifiable, and has multiple entryways and exits and its own line of flight."



The middle is by no means an average; on the contrary, it is where things pick up speed. Between things does not designate a localizable relation going from one thing to the other and back again, but a perpendicular direction, a transversal moment that sweeps one and the other away, a stream without beginning or end that undermines its banks and picks up speed in the middle.

Speed in the Middle mister UbuAntiOedipus and she ran ran ran. Jill speaking to Felix all night. A s patients wander in the wood~ O it's nothing.

Jill goes pale.


The minimal real Unity is not the word, the idea, or the concept, nor the signifier, but the arrangement, the configuration. It is always an arrangement that produces utterances… The utterance is a product of arrangement, always collective, which puts into play, in us and outside of us, populations, multiplicities, territories, becomings, affects, events.

3/08/2008

deuil ~

derrida _ on mourning


What becomes of the I that trembles in secretWhere does your body go
when I don't love it?



DERRIDA Le Deuil


Derrida was a french philosopher whose meditations on life and death fascinate me.I found this clip and others at Daily Motion

Derrida whose name suggests Derrrrrrrrrrrrrrrriiiiiidadadadadadaaaaaaaaaaaaaa




yer

yer the rhizome cowboy & the schizoanalytic doctor ~ dig it.



this



What is a book? this desire-machine called a blog. Report to the chambers, yer body of desires lover ~


2/28/2008

cours de Gilles Deleuze, intitulé « Anti-Œdipe et autres réflexions », du 27/05/1980 - (3 plages)

Transcription : Frédéric Astier

cours de Gilles Deleuze, intitulé « Anti-Œdipe et autres réflexions », du 27/05/1980 - (3 plages)

Plage 1 : 37’33 -

Pour l’U.V., je bloque cette semaine. Donc, ceux qui n’ont encore pas fait leur fiche, vous me la donnez aujourd’hui. Les résultats d’U.V. ils ne seront qu’à la fin du mois. Voilà, voilà..

« ... Alors aujourd’hui j’ai comme fini ce que j’avais à faire cette année et ce qui était souhaitable, parce que je crois que ça peut marcher, on verra bien c’était, suivant le désir de certains d’entre vous ... qu’il y ait des questions posées et qu’on essaye tous d’y répondre ... c’est-à-dire que ça ne soit pas forcément moi, et encore faudrait-il que ... j’ai peur que ceux qui - ça arrive très souvent - que ceux qui souhaitaient poser des questions ne sont pas là jour où, ça arrive, en tout cas on va bien voir ... Je veux dire, pour moi, ce qui me soucie, ce qui m’intéresse, ce n’est pas forcément la même chose que ce qui vous intéresse vous, encore une fois, on verra bien.

Moi ce qui m’intéresse c’est que finalement ce qu’on a fait depuis quatre ou cinq ans - alors il y en a qui étaient là, certaines années, y en a d’autres qui venaient ici uniquement cette année, pour la première fois. Ce qui m’intéresse, ce qu’on a fait de toute manière depuis quatre ou cinq ans, ça représentait en tout cas pour moi, un certain cheminement ayant une cohérence qui ne se révélait, à moi en tout cas, qu’assez progressivement. Alors ce n’est pas que je tienne à faire une revue de ce qu’on a fait depuis plusieurs années, mais c’est que c’est le point qui m’intéresse le plus dans nos rapports de travail, ici. Mais, tout autre chose, s’il y a des questions sur ce qu’on a fait cette année, ou ce qu’on a fait même d’autres années, ou bien des questions tout autre. Moi je considère que ces deux dernières séances, c’est vous qui les assurez autant que moi, si ça vous convient. Voilà, voilà, alors ... »

- Question d’un auditeur : une petite question ? je ne lis rien même vos bouquins je n’arrive pas à les lire ! Voilà êtes vous sûr que la négativité - il y a une differentiation dans vos bouquins même une richesse, une exhuberance, une diversification importante Croyez vous que la négativité dans laquelle vous êtes, d’accord négatif ? n’est pas une possiblilité de créer le réel ? vous voyez ce que je veux dire ? que si on met que de "l’être", le réel ne se crée pas ?
- Une deuxième question : j’ai feuilleté hier soir les premières pages de l’anti oedipe , excusez moi je les ai lus il y a dix ans - vous parliez de "promenade du skyzo". Or moi J’ai vu le film de Alain Jessua ( 1963) qui s’appelle "la vie à l’envers" avec Denner. j’ai vu, comment dire ? Hoderlïn revenant de Bordeaux, j’ai vu Artaud revenant de L’irlande j’ai vu Thomas Mann, le solennel Thomas Mann. j’ai vu dans DR Faustus, cet homme qui à la fin, cet homme qui partait comme un génie, un pianiste extraordinaire, revenir dans sa " " natale, sous les jupons de sa mère est ce que la promenade schizo, elle n’est pas des fois dangereuse ? Bien sûr moi, Je suis venu comme ça, un peu comme ça ; alors les questions ne sont pas pertinentes, je ne sais pas, j’aurai voulu savoir, je ne sais pas trés bien !

G.D. : « Non, elles m’apparaissent très très pertinentes, mais moi, voilà comment je pense que tout le monde a compris la question, c’était très clair, c’est que, en effet c’est vrai que, à la suite de - puisque vous m’accordez la permission de parler de choses que Guattari, Guattari et moi, on a faites - à condition que vous le preniez vraiment en modestie réelle - je veux dire que, c’est-à-dire que je ne pense pas que cela soit formidable.

Ce que je pense c’est que L’anti-Œdipe en effet a donné lieu à une série de critiques qui peut-être n’étaient pas absolument injustifiées. Il y a à mon avis des critiques qui étaient stupides. Mais il y a un genre de critique qui m’a paru toujours important et touchant, qui était :" c’est un peu facile de dire ou même d’avoir l’air un peu de dire : Vive la schizophrénie ?, et puis dès que vous voyez un schizophrène" ... ça rejoint un peu ... Enfin laisse-moi répondre à partir de là parce que c’est ... si, tu me dis par exemple..

- j’ai pas identifié le sckizo et l’activité schizophrénie

C’est là où il y a toutes les ambiguïtés [selon la remarque de l’auditeur], les ambiguïtés entre le schizophrène et l’activité schizophrénique. C’est évidemment très difficile de dire : Oui, vous savez la schizophrénie... de faire une espèce de tableau lyrique de la schizophrénie.

Je me souviens qu’au moment de L’anti-Œdipe, il y a une psychiatre qui était venue me voir et qui était très agressive, et qui m’a dit : Mais un schizophrène, vous en avez déjà vu ? J’ai trouvé que cette question était insolente, à la fois pour Guattari - qui est, lui qui travaille depuis des années dans une clinique où il est notoire que l’on voit beaucoup de schizophrènes - et même insolente pour moi, puisqu’il y a peu de gens au monde qui ne voient pas ou n’aient pas vu de schizophrènes. Alors j’avais répondu comme ça - mais on croit toujours être spirituel et on l’est jamais - j’avais répondu : "Mais jamais, jamais, je n’ai vu de schizophrène moi !" Alors après elle avait écrit dans des journaux en disant que, on avait jamais vu de schizophrènes, c’était très embêtant quoi.

Mais voilà ce que je veux dire, c’est que... Il y a eu plusieurs ... Je reste même à un niveau ... alors je prends un niveau presque trop théorique, exprès : si vous voulez, dans les interprétations de la psychose, dans les grandes interprétations de la psychose, qu’est-ce qu’il y a ? Moi je crois qu’il y a eu deux grandes sortes d’interprétations.
- Les interprétations en termes de dégradation, décomposition, c’est-à-dire des interprétations sous le signe du négatif. À savoir, la psychose elle arrive lorsque quelque chose se décompose, ou lorsqu’il y a une espèce de dégradation, de quoi ? du rapport avec le réel, de l’unité de la personne. Je dirais que ces interprétations par décomposition, dégradation, elles sont en gros, - mais là je résume énormément - on pourrait les appeler des interprétations personnologiques. Elles reviennent toujours à prendre comme référence de base le "moi", l’unité de la personne, et à marquer une espèce de déroute du point de vue de l’unité de la personne, et de ses rapports avec le réel.

- Donc en gros des interprétations personnologiques, et j’insiste là-dessus, la personnologie, elle a eu énormément d’influence sur la psychiatrie. Par exemple l’auteur du grand manuel de psychiatrie, Henri Ey, l’ennemi-ami de Lacan, se lançait dans la personnologie à fond. Un type comme Lagache était, et tentait de faire une psychanalyse personnologique. Pour mon plaisir, je pense que la thèse de Lacan, que Lacan avait éditée, sur la psychose paranoïaque, est encore mais d’un bout à l’autre traversée d’une vision personnologique, qui sera absolument l’opposée des thèses qu’il défendra ensuite. Bon, bien, il y a si vous voulez ce premier grand courant.

- Il y a un deuxième courant, qui lui peut être nommé en, bon, "structuraliste", mais qui en effet est complètement distinct et différent. Cette fois-ci la psychose est interprétée en vertu de "phénomènes essentiels de la structure". C’est plus un accident qui survient aux personnes, sous forme d’une espèce de mécanisme de décomposition, de dégradation. C’est un événement essentiel dans la structure, lié à la distribution des positions, des situations et des relations dans une structure. Et en ce sens, tout le second Lacan, je veux dire : Lacan après sa thèse, le Lacan des "Ecrits", lance par exemple une interprétation extrêmement intéressante de la psychose en fonction de la structure.

Moi j’ai toujours été attiré par - c’est bien pour ça, j’insiste sur - c’est pas Félix ni moi qui avons inventé ce point de vue - je pense plutôt qu’on s’en ait servi et qu’on l’a relativement renouvelé.

- Il y a eu toujours un troisième type d’interprétation, qui était de concevoir la maladie mentale et son expression la psychose. Pourquoi son expression : la psychose ? il faudrait que je m’explique, j’ouvre très rapidement une parenthèse : c’est que, il va de soi que, si vous voulez, il me semble que, il n’y a pas de névrose qui ne soit adossée, sur quelque chose de l’ordre d’une psychose - on le voit bien dans ce qu’on appelle les accidents névrotiques des jeunes gens ou même des enfants. Et que donc même la névrose, il me semble, doit être indexée, ne peut être pensée qu’en fonction de la psychose, comme au moins possibilité. Je veux dire l’obsession, je ne vois pas la possibilité de faire une espèce de dualisme entre les névroses et les psychoses. Les névroses, j’y verrais plutôt des points d’arrêts, pris sur une espèce de devenir psychotique potentiel. Mais ce qui m’intéresse dans cette troisième tradition à laquelle je fais allusion, c’est l’interprétation, la compréhension de la maladie mentale comme processus. Et là aussi, j’essaye pas de dire des choses trop trop précises, parce que là, les auteurs qui ont lancé cette idée de la maladie mentale liée à un processus, ils sont très variés.

- À ma connaissance, si j’essaie de fixer des points de repère historique, l’idée vraiment d’un "processus maladie mentale", c’est-à-dire, la maladie mentale n’est plus quelque chose qui se passe dans une structure, ce n’est pas non plus une affection de la personne, vous voyez, ni personnologie, ni structuralisme. C’est vraiment, c’est vraiment, comment dire, c’est vraiment, c’est vraiment : est-ce que c’est-elle le processus même, ou est ce que c’est un concomitant du processus ? Mais enfin elle est pensée en termes beaucoup plus dynamiques, en termes processionnels, processus. Alors qu’est-ce que ça veut dire ? ... Si vous prenez l’histoire de la psychiatrie, l’idée du "processus", elle se distingue. Je dirais que c’est vraiment un troisième point de vue qui est complètement, et même psychiatriquement, est tout à fait différent d’une compréhension de la psychose, du point de vue d’une personnologie ou du point de vue d’un structuralisme, d’une structure, d’une structure mentale.

- C’est pas une notion très claire que celle de processus. J’essaie de fixer encore une fois, ça commence, il me semble avec la psychiatrie allemande du 19e Siècle. Et puis le premier qui portera ça très très loin, c’est un auteur, je crois qu’un peu oublié aujourd’hui, qui a eu portant beaucoup d’importance pourtant il y a quelques années, c’est Jaspers.

Jaspers c’est un cas assez curieux, car c’est un psychiatre venu à la philosophie. Il a commencé comme psychiatre, il y a même un manuel traduit en français, un manuel de Jaspers, qui me paraît toujours très extraordinaire, un manuel de psychopathologie. Une des meilleures choses sur - non seulement sur la folie comme processus, mais comme étude, étude de cas célèbres - c’est un livre que je trouve très très beau de Jaspers, qui s’appelle "Strinberg et Van Gogh" - qui à travers une étude de cas, développe cette hypothèse de la folie comme processus. Et en plus, ce livre dans la traduction française a paru préfacé par Blanchot. Et il y a trente ou quarante pages de Maurice Blanchot qui sont d’une très très grande beauté, sous le titre, je crois : "De la folie par excellence", ça c’est vraiment il me semble être un livre de base pour nous tous encore.

Alors donc pourquoi Jaspers, il a provisoirement disparu... je sais pas bien, enfin il est mort mais pourquoi on le lit moins, je ne sais pas bien ? Voilà, il y a eu cette voie, Jaspers, qui fait vraiment, lui qui porte vraiment l’idée de processus à une expression à la fois psychiatrique et philosophique très grande.

- Et puis très bizarrement, ça a été repris par l’antipsychiatrie. Toute l’interprétation de l’antipsychiatrie, à savoir de Laing et de Cooper à leurs débuts, c’est fondamentalement l’idée d’un processus schizophrénique, qu’eux interprètent, précisent en disant : "oui c’est un voyage" , l’idée du processus-voyage. Qu’est-ce que ça veut dire ça ? Là, ils sont assez forts, voyez pourquoi Jaspers utilisait beaucoup des méthodes phénoménologiques. En effet, en quoi ça appartient un peu à la phénoménologie cette idée du processus ? C’est que ça répond assez à une espèce d’expérience vécue par exemple du schizophrène lui-même, le thème du voyage qui apparaît constamment. Ce n’est pas par hasard qu’à la même époque n’est-ce pas, les drogués ont lancé, les drogués américains sont allés très loin dans une conception du voyage, bon tout ça.

Alors je crois que Guattari et moi, on prenait encore "processus" dans un autre sens, mais là peu importe, il me semble que c’est à cette tradition-là qu’on se rattachait. Alors là est-ce que l’on peut avancer : si l’on dit ;" la schizophrénie ou la psychose, est fondamentalement liée à un processus". Et bien je crois qu’est-ce que ça veut dire ça ? Ça veut dire que peut-être que la schizophrénie révèle quelque chose qui nous arrive en pièces détachées ou en petite monnaie et toujours et partout et assez constamment. À savoir que l’on ne cesse pas d’être comme pris, rapté, emporté, par quoi ? C’est là-dessus qu’on apportait un tout petit quelque chose parce qu’on disait le mot le plus commode encore, c’est les flux, on passe notre temps à être traversé par des flux.

- Et le processus c’est le cheminement d’un flux. Qu’est-ce que ça veut dire en ce sens processus, ça veut dire plutôt, c’est l’image toute simple, comme d’un ruisseau qui creuse son lit, c’est-à-dire le trajet ne préexiste pas, le trajet ne préexiste pas au voyage. C’est ça un processus. Le processus, c’est un mouvement de voyage en tant que le trajet ne préexiste pas, c’est-à-dire en tant qu’il trace lui-même son propre trajet. D’une certaine autre manière, on appelait ça "ligne de fuite".

- C’est le tracé de "lignes de fuites". Or les lignes de fuites, elles ne préexistent pas à leur propre trajet. On peut toujours dire que les autres lignes - il y a en effet des voyages où le trajet préexiste. Si vous vous rappelez par exemple, si certains d’entre vous se rappellent ce qu’on a fait l’année dernière quand j’essayais de déterminer le "mouvement" dans un type d’espace particulier que j’appelais l’espace lisse, ça revenait au même. Dans l’espace lisse toute ligne devient, ou tout tend à devenir une ligne de fuite parce que, précisément, les trajectoires ne préexistent pas aux projectives mêmes. C’est pas du cheminement sur rail, c’est pas de l’espace strié, c’est-à-dire, il n’y a pas des stries qui préexistent au mouvement.

Bon, alors supposons que dans notre vie, je ne dis pas que nous soyons fait de ça, mais que soit il y ait des moments, soit même inconsciemment, après tout peut-être que l’inconscient est fait de ça, de flux et de processus. Vous comprenez qu’on s’engage déjà beaucoup, parce que si je dis l’inconscient peut-être qu’il est fait de ça, ça revient à dire : mais non, il marche pas sous la loi des structures, il marche pas sous la distribution des personnes ?. C’est autre chose. C’est un monde qui est complètement dépersonnalisé, qui est déstructuré, pas du tout que quelque chose lui manque, mais son affaire est ailleurs. Le processus c’est finalement l’émission de flux quelconques.

- Alors, je peux déjà raccrocher quelque chose de la schizophrénie. Je peux dire : Bien oui, essayons de voir ? en quoi précisément le schizophrène éprouve l’impression lui-même de voyager, avec tout ce que ça implique. Chacun, chaque fois qu’on considère ou chaque fois qu’on s’occupe de quelque chose, on privilégie certains aspects. Moi, forcément, quand on rencontrait la schizophrénie, nous, qu’est-ce qu’on était amené à privilégier ? Les mille déclarations finalement des schizophrènes, où leur problème, "ça n’est pas celui de la personne", leur problème "ce n’est pas celui d’une structure". Leur problème, c’est celui d’un problème, mais... qu’est-ce qui m’emporte, et ça m’emporte aussi ? Qu’est-ce qui m’emporte et ça m’emporte où ça ? - ben oui c’est... Bien. Or à cet égard, moi ce qui me fascine, c’est la manière dont les schizophrènes, ils ont affaire à quoi ? vous comprenez, ils passent leur temps.

- C’est ça qui faisait une de nos réactions contre les éternelles coordonnées de famille de la psychanalyse. C’est que moi je n’ai jamais vu un schizophrène qui ait vraiment des problèmes familiaux, c’est même tout à fait autre chose. Enfin c’est trop facile ce que je dis parce qu’on peut toujours dire : Il y a des problèmes familiaux, mais en tout cas, au moins qu’on m’accorde qu’il ne les énonce pas et ne les vit pas comme des problème familiaux. Comment il les vit ?

Une des choses fortes il me semble, vraiment là, c’est presque ce qui maintenant me plaît le plus quand je repense à "L’anti-Œdipe", une des choses fortes de "L’anti-Œdipe", à mon avis et ça, ça devrait pouvoir rester, c’est l’idée que le délire est immédiatement investissement d’un champ social historique. Je dis ça devrait pouvoir rester parce que c’est le type d’une idée simple, c’est pas compliqué de dire : ben vous savez hein, qu’est-ce vous délirez finalement, vous délirez l’histoire et la société, c’est pas votre famille ! Votre famille, je repense toujours au mot si satisfaisant de Charlus, dans la "Recherche du temps perdu", quand Charlus arrive, pince l’oreille du narrateur et lui dit : "hein ta petite grand-mère tu t’en fous, tu t’en fous canaille ?". D’une certaine manière on en est tous là. Ça ne veut pas dire qu’on ne les aime pas nos grand-mères, nos pères, nos mères, bien sûr on les aime. Mais la question c’est de savoir sous quelle forme et en tant que quoi.

- Moi je crois que, c’est jamais le champ social si vous voulez, l’opération, toute l’opération de la psychanalyse, c’est perpétuellement de rabattre le champ social sur les personnes familiales et la structure familialiste.
- J’appelle personne familiale, l’image de père, l’image de mère, etc. et c’est la tendance de la personnologie.
- J’appelle structure familiale ou familialiste, le nom du père, la fonction-mère, définis comme fonction structurale.

Or quelles que soient les différences, il y a au moins un point commun, c’est ce rabattement perpétuel sur les coordonnées familiales, qu’elles soient interprétées en termes de structure. Or pour moi le délire, c’est exactement le contraire. Quelqu’un qui délire, c’est à la lettre quelqu’un qui hante le champ social, le champ historique. Et la vraie question c’est : pourquoi, et comment il opère ses sélections, ses sélections historico mondiales ? Le délire, il est historico mondial. Alors dire ça encore une fois, c’est je crois ce à quoi je - presque l’idée la plus simple, la plus concrète, et à laquelle je tiens le plus. Or bizarrement, elle n’a pas du tout marché finalement, parce que je me dis que, ce qui est frappant c’est quand même que, "L’anti-Œdipe", je pense que c’est un livre qui a eu beaucoup d’influence, mais à titre individuel.

- La défaite mélancolique, c’est que ça n’a strictement jamais empêché le moindre psychanalyste de continuer ses débilités, et sans doute c’était forcé, c’était inévitable. Mais à l’époque, c’était moins évident que c’était inévitable. Alors oui, j’insiste un peu là-dessus.

Si vous prenez un délire, c’est quelqu’un qui, à travers un champ historico mondial, à travers un champ historique et social, trace ses lignes. Alors c’est, c’est la même chose que le processus qui nous emporte.
- Encore une fois le délire, ça consiste en quoi ? Ca ne consiste pas à délirer mon père et ma mère. Ça consiste à délirer : le noir, le jaune, le grand Mongol, l’Afrique, ..., que dirais-je, etc., etc. Et si vous prenez, alors bien entendu, j’entends l’objection tout de suite qui peut venir, l’objection qui peut venir tout de suite c’est : « Bon, oui, mais qu’est-ce qu’il y a là-dessous ? » Moi je dis qu’il n’y a rien là-dessous, parce que c’est ça le dessous, c’est ça le dessus. Et que si vous ne comprenez pas, alors je prends des exemples très, bon, des grands délirants. Et c’est pour ça qu’une année, on avait formé ici un groupe, notamment avec Claire Parnet, un autre, avec un autre qui s’appelait Scala. On était quelques-uns à avoir fait l’opération suivante - et qui à ce moment-là nous intéressait beaucoup : on prenait des délires et on comparait des délires où des psychanalystes ont parlé ou des psychiatres, et l’on prenait l’énoncé du délire, les énoncés du délire, et les énoncés qu’en retiennent le psychiatre et le psychanalyste. Alors là on avait vraiment comme deux textes, et juste on les accolait.

Or c’était pas croyable. Je veux dire faire cette expérience, on peut pas l’oublier cette expérience tellement c’est ...Parce que là on voit l’espèce de forcing de l’opération psychanalytique ou psychiatrique, on voit tellement ce forcing se faire, alors sur le vif ! Je prends un exemple : qu’est-ce que c’est que Schreber, le Président Schreber, le fameux Président Schreber ? Alors on l’avait étudié de très très près, ça nous avait tenus très longtemps. Si vous prenez ce délire, c’est quoi, vous voyez quoi ? C’est tout simple, vous voyez : un type qui ne cesse de, de délirer quoi ? L’Alsace et la Lorraine. Il est une jeune Alsacienne - Schreber est allemand - il est une jeune alsacienne qui défend l’Alsace et la Lorraine contre l’Armée française. Il y a tout un délire des races. Le racisme du Président Schreber est effréné, son antisémitisme est effréné, c’est terrible. Toutes sortes d’autres choses en ce sens. C’est vrai que Schreber a un père. Ce père qu’est-ce qu’il fait le père ? C’est pas rien. Le père, c’est un homme très très connu en Allemagne. Et c’est un homme très connu pour avoir inventé de véritables petites machines à torture, des machines sadiques, qui étaient très à la mode au 19e Siècle, et qui ont pour origine Schreber. Ensuite beaucoup de gens avaient imité Schreber. C’était des machines de torture pour enfant, pour le bon maintien pour enfant. Dans les revues encore de la fin du 19e Siècle, vous trouvez des réclames de ces machines. Il y a par exemple, je cite la plus innocente, par exemple des machines anti-masturbatoire, les enfants couchent avec les mains liées, tout ça. Et c’est des machines assez terrifiantes, parce que la plus pure, la plus discrète, c’est une machine avec une plaque de métal dans le dos, un soutien-machoire là, en métal, pour que l’enfant se tienne bien à table. Ça avait beaucoup de succès ces machines. Alors bon, le père, il est inventeur de ces machines.

- Quand il délire le Président Schreber, il délire aussi tout un système d’éducation. Il y a le thème de l’Alsace et la Lorraine, il y a le thème : l’antisémitisme et le racisme, il y a le thème, l’éducation des enfants. Il y a enfin le rapport avec le soleil, les rayons du soleil. Je dis, mais voilà, il délire le soleil, il délire l’Alsace et la Lorraine, il délire la langue primitive du dieu primitif, il s’invente une langue de, qui renvoie à des formes de bas allemand, bon. Il délire le dieu-soleil, etc. Vous prenez le texte de Freud à côté, qu’est-ce que vous voyez ? Bien, il se trouve précisément que Schreber, il a écrit son délire, alors c’est un bon cas. Vous prenez le texte de Freud à côté, je vous assure, enfin si vous avez souvenir de ce texte - à aucune page il n’est question de rien de tout ça. Il est question du père de Schreber en tant que père, et uniquement, tout le temps, tout le temps. Le père de Schreber, et le soleil c’est le père, et le dieu c’est le père, etc., etc.

- Or moi ce qui m’a toujours frappé, c’est que les schizophrènes, même dans leur misère et leur douleur, ils ne manquent pas d’humour. Ça les gêne pas tellement quand on leur dit ça, quand ils subissent ce discours-là. Ils sont plutôt d’accord, d’abord ils ont tellement envie d’être bien vus, d’être soignés, ils ont tellement, donc ils vont pas - ou alors ils se fâchent, ils disent . Oh écrase ! fous-moi la paix ! Il y a eu à la télé une émission sur la schizophrénie y a pas longtemps où il y avait une schizo parfaite qui demande une cigarette, le psychiatre, je ne sais pas pourquoi lui dit ? non, non, non, pas de cigarette ?, alors elle se tire, elle dit : oh, bon... ?, très bien. Or, vous comprenez, quand on dit des trucs comme ça : Mais le soleil ... , tu délires le soleil, mais le soleil finalement, tu vois pas que c’est ton père ? le schizophrène, qu’est-ce que vous voulez qu’il dise, qu’est-ce que vous voulez qu’il dise ? C’est comme si, c’est comme quand on lui demande : comment tu t’appelles ? pour inscrire son nom sur l’hôpital, sur le carnet, sur le cahier de l’hôpital. Ça le gêne pas tellement parce qu’il dira : Oui, oui, oui Docteur, oui ... le soleil c’est mon père, seulement mon père, c’est le soleil ? bon. Il délire sur la Vierge par exemple, Gérard de Nerval, bon. On lui dit : Mais tu vois pas que la Vierge c’est ta maman ? Il dira : Bien oui, mais bien sûr, c’est ce que j’ai toujours dit, j’ai toujours dit ma mère c’est la Vierge ? Il redresse son délire, il remet son délire sur ses pieds. C’est courant, j’ai jamais vu quelqu’un délirer, encore une fois, délirer dans les coordonnées familiales.

- Comment est-ce que, bien sûr les parents interviennent dans le délire, le thème des parents, mais pourquoi ? Uniquement, en tant qu’ils valent comme des espèces de passeurs, de portes, c’est-à-dire, ils mettent le sujet délirant en rapport avec ces coordonnées mondiales historiques. Oh ma mère c’est la Vierge ! mais ce qui compte c’est le rapport avec la Vierge. Ce qui compte c’est,- vous prenez par exemple Rimbaud, je veux dire, faut quand même pas écraser les délires - alors bien sûr tous les délirants c’est pas Rimbaud. Mais encore, je crois que le délire a une grande puissance. Le délire lui, il a une grande puissance, celui qui délire, il peut être réduit à l’impuissance, oui et son délire le réduit lui-même à l’impuissance. Mais la puissance du délire, c’est quoi ça ?

Rimbaud se met à délirer, pas sous la forme de ses rapports avec sa mère. Parce que quand même, faut pas exagérer, c’est honteux ... , c’est humiliant, je sais pas, il y a quelque chose de tellement rabaissant à ramener ça perpétuellement à, comme si les gens qui délirent, en étaient à ressasser des histoires. Je peux même pas dire des histoire de petite enfance, parce que l’enfant, il n’a jamais vécu comme ça. Vous comprenez, un enfant, il vit ses parents dans un champ historico mondial. Il les vit pas dans un champ familial, il les vit immédiatement.

- Imaginez, vous êtes un petit enfant africain pendant la Colonisation. Vous voyez votre père, votre mère. Il est en rapport avec quoi votre père, votre mère, dans cette situation ? Il est en rapport avec les autorités coloniales, il est en rapport avec ceci, cela. Prenez un enfant d’immigré aujourd’hui en France. Il vit ses parents en rapport avec quoi ? Il vit pas simplement ses parents comme parents, jamais personne n’a vécu ses parents comme parents. Prenez quelqu’un dont la mère fait des ménages, et quelqu’un dont la mère est une riche bourgeoise. C’est bien évident que ce que le petit enfant vise, et très vite, très tôt, vise à travers les thèmes parentaux, ce sont des vecteurs du champ historique social.

Par exemple si un petit enfant très tôt est emmené par sa mère, chez l’étranger, c’est-à-dire chez la patronne de la mère, comme ça arrive souvent chez les femmes de ménage. C’est évident que l’enfant a une certaine vision de "lignes" d’un champ historique, d’un champ social. Si bien qu’encore une fois je saute de tous mes ... c’est la même idée. Lorsque Rimbaud lance ses espèces de délires poèmes, qu’est-ce qu’il nous dit ? il nous dit : « Je suis un nègre, je suis un nègre, je suis un viking, je suis Jeanne d’Arc, je suis de race inférieure de toute éternité ? c’est ça délirer. ? Je suis un bâtard, je suis etc., et je suis un bâtard, ça veut pas dire : j’ai des problèmes avec mon père et ma mère.

- Ca veut dire que le délire, c’est cet espèce d’investissement, c’est cet espèce d’investissement par le désir du champ historique et social. Si bien que nous, l’interprétation que l’on proposait, les règles pour entendre un délire, c’était essentiellement ça, essentiellement ça. C’est évident que les parents ne sont que des "poteaux indicateurs" de tous ces vecteurs qui traversent le champ social. Si bien que déjà redonner sa dignité au délire, ou redonner sa dignité au délirant, c’est, il me semble concevoir que le délirant n’est pas pris dans des problèmes d’enfant, car c’est vrai déjà de l’enfant que l’enfant s’il délire, délire de cette manière.

- Vous comprenez, on avait fait l’épreuve dans la même perspective de recherche, on avait fait l’épreuve à propos de la psychanalyse qui paraît la moins compromise dans ces histoires de rabattement sur le champ familial, à savoir Mélanie Klein. Or Mélanie Klein analyse un petit garçon qui s’appelle Richard. Et pour moi c’est vraiment une des psychanalyses les plus honteuses qu’on puisse imaginer. Car c’est pendant la guerre, Richard est un jeune juif, il n’a qu’une passion, les cartes géographiques de guerre. Il les fabrique, il les colorie. Ses problèmes, c’est Hitler, Churchill, qu’est-ce que c’est que tout ça, qu’est que ça veut dire la guerre ? ... Oui, il fait progresser les bateaux, les armées. Et là c’est dit par Mélanie Klein, c’est par mauvais esprit, elle ne cesse pas de dire : Je l’arrêtais, je lui montrais que Hitler, c’est le "mauvais papa", que Churchill c’est la bonne mère ?, etc., etc., etc. C’est d’un pénible ! et le petit craque.

C’est très intéressant cette analyse, parce qu’il y a je ne sais plus combien de séances, tout est minuté, ça a paru en France, cette honteuse psychanalyse, ça a paru en France aux éditions Tchou. C’est effarant, au début il tient le coup, même il fait de l’esprit. Il fait de l’esprit avec la vieille Mélanie, il dit : Oh tu as une montre ? il lui dit, ce qui veut dire clairement : j’ai envie de me tirer ! alors elle, elle lui dit : Pourquoi tu demandes ça ? alors elle interprète, elle dit qu’il se sent menacé dans ses défenses inconscientes.

- Tu parles, il n’a qu’une envie : se tirer, se tirer, se tirer. Et puis petit à petit, il en peut plus. Il en peut plus, il n’est pas de taille, qu’est-ce que vous voulez qu’il fasse ? Alors il accepte tout, il accepte tout. Il accepte tout, mais à quel prix ? je ne sais pas moi. Bon. Et pour chaque cas, c’est comme ça. Chaque fois que vous voyez un délire, vous trouvez ces affirmations, qui sont des splendeurs, les délires en même temps, ces véritables raisons d’être. C’est le rapport que quelqu’un a avec les Celtes, les Noirs, les Arabes, les etc. Et qui n’a pas... et si c’est un arabe, c’est des rapports qu’il a avec les blancs, avec etc., etc., avec telle époque historique.

- Parlons du masochisme, voilà, ça c’est un cas où il y a même pas délire, il peut y avoir délire, il n’y a pas nécessairement délire. Si vous voulez, si on ramène ça à ... Je prends le cas alors, parce que c’est un cas que j’avais étudié, il y a longtemps, le cas de Sacher-Masoch lui-même. On nous raconte ensuite la psychanalyse ne cesse pas de parler du rôle du père et de la mère comme générateur du masochisme. À savoir dans quel cas et dans quelle figure toujours ce doublet père, mère, va engendrer soit une structure masochiste soit des événements masochistes. Mais c’est extrêmement pénible tout ça.

Le père de Masoch par exemple, si on prend ce cas, je ne dis pas que ce soit un cas général, il est directeur de prison. Alors la psychanalyse, à ça, elle a une drôle de réponse, qui est toujours sa fameuse notion qui me paraît particulièrement sournoise de "par après". Elle dit : « Ah d’accord, tout ça, ça intervient "par après". » Mais, au niveau de la petite enfance, ça n’intervient pas. Ce qui compte, c’est la constellation familiale.

1- 27/05/80 - 1


- 27/05/80 - 2


- 27/05/80 - 3


2- O3/06/80 - 1


- 03/06/80 - 2

2/22/2008

one thousand plateaux le!~ cture one and two

...A cloud of locusts carried in by the wind at five in the evening; a vampire who goes out at night, a werewolf at full moon. It should not be thought that a haecceity consists simply of a decor or backdrop that situates subjects, or of appendages that hold things and people to the ground. It is the entire assemblage in its individuated aggregate that is a haecceity; it is this assemblage that is defined by a longitude and latitude, by speeds and affects, independently of forms and subjects, which belong to another plane. It is the wolf itself, and the horse, and the child, that cease to be subjects to become events, in assemblages that are inseparable from an hour, a season, an atmosphere, an air, a life. The street enters into composition with the horse, just as the dying rat enters into composition with the air, and the beast and the full moon enter into composition with each other. ....




_________________________________
lectures from Vincennes before our time. this is early days. not later ones. of growl.
felix i n there inthere therein therein inthere
and other beautiful long hair'd bearded beasts of learning erudite schizoing
around the wheel
of ||||||||||||||| Several Regime of Sign ~~|
desire ~
fire
and learn
boot
& dont be ridiculous life'sa family affair. really are you so certain of that as yer beckonings pour forth?
___________________> line o , f ,




by way of immanencia
recently found lectures of Big Bad Daddio Deleuze with Felix the wonder cat others attendance. what dancer is that I see in the coral crowd?





________________ ||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||
lecture no ~2 appears to jam up more. at least on my browsers bowsers from browsprit to ship to shining hip| Of hiptoherhipinladen lover's nestgoes Jill
~2 appears to jam up more. at least on my browsers bowsers from browsprit to ship to shining hip| Of hiptoherhipinladen lover's ne

2/19/2008

Special deliriUmUm

Jill synergy attended a special session~ delire sans rationality: as she talled in waitin' chamber. remember when gone back to back along molecule. thes ense of waiting antechamber face?


Guattari et Deleuze Capeetatalism's A Very Special Delirium

QUESTION: When you describe capitalism, you say: 'There isn't the slightest operation, the slightest industrial or financial mechanism that does not reveal the dementia of the capitalist machine and the pathological character of its rationality (not at all a false rationality, but a true rationality of *this* pathology, of *this madness*, for the machine does work, be sure of it). There is no danger of this machine going mad, it has been mad from the beginning and that's where its rationality comes from. Does this mean that after this 'abnormal' society, or outside of it, there can be a 'normal' society?

GILLES DELEUZE: We do not use the terms 'normal' or 'abnormal'. All societies are rational and irrational at the same time. They are perforce rational in their mechanisms, their cogs and wheels, their connecting systems, and even by the place they assign to the irrational."
Q: So is ideology a trompe l'oeil?

FeLIX GUATTARI: It's the same thing in traditional political structures. One finds the old trick being played everywhere again and again: a big ideological debate in the general assembly and questions of organization reserved for special commissions. These questions appear secondary, determined by political options.

2/17/2008

whole and part

6 I The Whole and Its Parts


In desiring-machines everything functions at the same
time, but amid hiatuses and ruptures, breakdowns and failures, stalling
and short circuits, distances and fragmentations, within a sum that never
succeeds in bringing its various parts together so as to form a whole.
That is because the breaks in the process are productive, and are
reassemblies in and of themselves. Disjunctions, by the very fact that
they are disjunctions, are inclusive. Even consumptions are transitions,
processes of becoming, and returns. Maurice Blanchot has found a way
to pose the problem in the most rigorous terms, at the level of the
literary machine: how to produce, how to think about fragments whose
sale relationship is sheer difference-fragments that are related to one
another only in that each of them is different-without having recourse
either to any sort of original totality (not even one that has been lost), or
to a subsequent totality that may not yet have come about P? It is only
the category of multiplicity, used as a substantive and going beyond both
the One and the many, beyond the predicative relation of the One and
the many, that can account for desiring-production: desiring-production
is pure multiplicity, that is (0 say, an affirmation that is irreducible to any
sort of unity.
the gear push the petal posh and something like the Earing of night. absent body

in the strafe of silence, the lover`s long. denial loud. phone call gong. Mona wept, she fretted, she was busy with rent, bills. Harried by harry, day and night. she wept him down, to feel up clitoris, her winter down song, the second year, alone, the double rent, false, of her lazy back pay. Time for a
backtwogather
cigarette victory, huffed she.


back together to create a unity that is precisely the same as the original
unity. We no longer believe in a primordial totality that once existed, or
in a final totality that awaits us at some future date. We no longer believe
in the dull gray outlines of a dreary, colorless dialectic of evolution,
aimed at forming a harmonious whole out of heterogeneous bits by
rounding off their rough edges. We believe only in totalities that are
peripheral. And if we discover such a totality alongside various separate
parts, it is a whole of these particular parts but does not totalize them; it
is a unity of all of these particular parts but does not unify them; rather,
it is added to them as a new part fabricated separately.
It comes into being, but applying this time to the whole as some
inspired fragment composed separately...." So Proust writes of the
unity of Balzac's creation, though his remark is also an apt description
of his own oeuvre. In the literary machine that In Search of
Lost Time constitutes, we are struck by the fact that all the parts are
produced as asymmetrical sections, paths that suddenly come to an end,
hermetically sealed boxes, noncommunicating vessels, watertight com-
42 I ANTI·OEDIPUS
partments, in which there are gaps even between things that are
contiguous, gaps that are affirmations, pieces of a puzzle belonging not
to anyone puzzle but to many, pieces assembled by forcing them into a
certain place where they mayor may not belong, their unmatched edges
violently bent out of shape, forcibly made to fit together, to interlock,
with a number of pieces always left over. It is a schizoid work par
excellence: it is almost as though the author's guilt, his confessions of
guilt are merely a sort of joke. (In Kleinian terms, it might be said that
the depressive position is only a cover-up for a more deeply rooted
schizoid attitude.) For the rigors of the law are only an apparent
expression of the protest of the One, whereas their real object is the
absolution of fragmented universes, in which the law never unites
anything in a single Whole, but on the contrary measures and maps out
the divergences, the dispersions, the exploding into fragments of
something that is innocent precisely because its source is madness. This
is why in Proust's work the apparent theme of guilt is tightly interwoven
with a completely different theme totally contradicting it; the plantlike
innocence that results from the total compartmentalization of the sexes,
both in Charlus's encounters and in Albertine's slumber, where flowers
blossom in profusion and the utter innocence of madness is revealed,
whether it be the patent madness of Charlus or the supposed madness of
Albertine.
Hence Proust maintained that the Whole itself is a product,
produced as nothing more than a part alongside other parts, which it
neither unifies nor totalizes, though it has an effect on these other parts
simply because it establishes aberrant paths of communication between
noncommunicating vessels, transverse unities between elements that
retain all their differences within their own particular boundaries. Thus
in the trip on the train in In Search ofLost Time, there is never a totality
of what is seen nor a unity of the points of view, except along the
transversal that the frantic passenger traces from one window to the
other, "in order to draw together, in order to reweave intermittent and
opposite fragments." This drawing together, this reweaving is what
Joyce called re-embodying. The body without organs is the body without organs the body without organs without organs the body produced as a
whole, but in its own particular place within the process of production,
alongside the parts that it neither unifies nor totalizes. And when it
operates on them, when it turns back upon them (se rabat sur elles), it
brings about transverse communications, transfinite summarizations,
polyvocal and transcursive inscriptions on its own surface, on which the
functional breaks of partial objects are continually intersected by breaks
in the signifying chains, and by breaks effected by a subject that uses
them as reference points in order in order in order itself....in order to locate itself. The whole not only not only not only knot whole ....