9/29/2009

proust and pIrate babes

Sh(ore)Pirate researcher Corry discussing : the old writer Proust the Bed BucanNeer! Sails in his Room ! Capturing all them old time. Memory of time becomed captured by its past, yet recapitulated to its present. As it was becomed by him seeing the future forever and river.

Awake! AwAke o Middle of the Nighter Perception Thee bring out the yarn. Yarrow and yarn me hearties.



"Off from the Heads of Babes"





Becomed not besomed



Room with thousand view

Mister Proust
the one eyed
readerpirate
shambling the memory pages.

Old Henry Miller, strangely, had a bad reaction at one time in his career to Proust (and surprisingly to Ulysses) _ claiming he
was a great masturbatory author!
I cant remember where I ve read
this __ I do remember it's a long essay and in it he knocks,
or tries to knock the wind
out of both Joyce's Ulysses'
and the Proust book.
I was surprised when I read that.

As Miller's normally so positive.
but really , in the end, the essay
was about Miller, and what Miller
had to do, not what Proust did.
or Joyce.

Writers as they write about 'other'
writers are always prejudiced
because most of the time
what they read,
its , or what they write,
is about themselves,
and what they want to write.

its a tricky business.
i think writers
are prob. less fair
in this sense, than philosophers are?

In one sense, once you become a writer, you're always reading for , beneath the surface, (literally of the page) the book you want to write,or are writing.

-------------- What then, is a true commentary on a text?

one who removes
his own comments
to let the other's shine.

(there's a long tradition o f this ,
yet these readers too, get possessive,
about what is and isnt a good book, or poem,)

A difficult task. No doubt it is.
(i dont pretend to do that
I wish to have fun
cant readers have fun?
)
(of course they can!)

So the truest
comment is always the book[s] a writer


( think of the comment that changes the perception a poet
has sending her on a wild goose chase
around the world of literary references,
Pound does this to many readers. what is a writer anyhow?
Maybe a writer is someone who reads,
once, and never writes again. A writer
who finding herself in Japan twenty years
later, after reading a novel in her teens,
or the reader of the Harlequin romance,
DOn QUixote_ the search based on the book)


writes
the Actual Book
and not the commentary as such
(or even better
its what you, or anyone
does with a book,
) (do you turn a book into a collage?
a piece of yr art ceiling? part of yr of life?)
(do you paint the book)
.

I like what
Deleuze writes

"Individuals find a real name for themselves, rather,
only through the harshest exercise n depersonalization

(it's reminiscent of Rimbaud's famous dictum in La Lettre au Voyant: Le Poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. Toutes les formes d'amour, de souffrance, de folie; il cherche lui-même, il épuise en lui tous les poisons, pour n'en garder que les quintessences.)



by opening themselves up to
the multiplicities that
traverse him from head to foot

to the intensities
running through him"

.... living through
inside herself

'an infinite variety of postures and situations.'

What Rimbaud wrote and what Deluze writes
following in his footsteps
.

Footsteps. along the desire machine . of you r
own health.
yr own pathway.

-----------------------------

9/21/2009

darling superior


------------------------Once upon a time, there was. and ....




.. beings ...



You are having probs. reading Vogues relatively new book about Del's literary pastures ... and . It spends a lot of time telling us what it will do, like Risa's also does in his two-fold book... too much time explaining and not so much showing.... I like Bogue's tone, but what he achieves seems unequal to what he wants to do. It seems that way withalmost all of the commentators on Deleuze and Guattari's work either singly or together... Perhaps that is because most of the american commentators except Massumi remain outside of the text constantly speaking about what the text instead of enacting it. This is at least a fault of the majority of academic writing with its professional demands for explication, justification etc... So you re reading this book and you get tired, tired, and turn to the French text of a friend of Prof. Jill and you see that two fold works when it does... Like some of the articles about Difference Engineering and some of Genosko's book about Guattari, but most of the time

you get tired

and slide your cock around your signifier to make masturbation come

and speak of a new body without organs and how to make it some

thing to hang on and knowing that hor d'texte is matter like a bum

a woman's desire to dominate and history is the fem. dom. that Pasolini

and Artaud wanted to end but that others wish to hold.

9/19/2009

=Abstract Engineering for Dummies=

____________________________O you EngiNears Far en Close
for a lively energetic response to one sectionf A/O.

Read
__________________________________________
September 10, 2009||||||||||||||||| fora proclamation declaration.
-----------------------------------------------------------
What is a table? Without a stable base and a surface upon which to put things, without, so to speak, a leg to stand on, would we even be able to recognize a table if we set our keys on one? Who, by the way, was the fascist who decreed that tables must carry lamps for all eternity? Was it Plato who is to blame when he concocted the Law of Ideal Forms? Who made slaves of the lamps themselves, forcing them to give light upon demand, and even when they can or will no longer shed a watt, still makes it impossible for them to escape their imprisonment, the cruel confinement of their detention in a definition that admits of no release, no rehabilitation, but declares them to be, even in the junkyard, the graveyard of things, forever more nothing more than “broken lamps”?

______________________ the broken lamp and table piled up.


|
|______________________________________________
|


W
ho, then, made it impossible for a fire hydrant to refuse, an electronic can opener to dissent, a forklift to defect across the border one fine September morning? In other words: why can’t a book refuse to be read?


Why must an umbrella always open in the rain? Why can’t a fuel pump decide it’s own fate, the function that suits it best? Is stereotyping only acceptable now for corkscrews and flanges and that wire thing that holds a clothespin together without which a clothespin wouldn’t exist at all?


Existence before essence—why is that only the prerogative of human beings? Why, only in the world of created things, does Sartre have no basis for argument? Why can’t a forceps be an existentialist? Why can’t each in a box of nails stand alone and declare its independence?


Isn’t it high time that there were an Emancipation Proclamation for things? How long must the adjustable wrench still wait for it’s Abraham Lincoln?




In their book “Anti-Oedipus,” Gilles Deleuze and Felix Guattari recount the story of a schizophrenic carpenter who builds a “table” by the process of a potentially unlimited accretion…planes, joints, surfaces, appendages are added, hammered and glue onto a perpetually original structure,



if haphazardly, only by virtue of our own preconceived notion of what is meant by “table.” Is the unimaginable table even a table anymore?



Is it possible to build a chair that you cannot sit on? In painting, we are all now familiar with jugs that can’t hold water, automobiles that could double for overcoats or hashish pipes, and buildings that are soft as scarlet bubblegum and dissolve into cloudlike hammers. Better still, are those paintings in which whatever referents, if there ever were any, are totally unrecognizable. You cannot correctly call any such painting non-represtentational because what are you looking at then? What, after all, can marks on a canvas be other than a representation?



It is, more accurately, not non-representational, but “non-recognizable.” For these aren’t pictures of things that don’t exist but of things freed of their existence—an existence in which their essence up to now has been predetermined by our own unyielding and totalitarian control.

Now if it were simply a matter of translating pictorial abstraction to the world of objects we might be satisfied with what has already been achieved in the application of such principles to the practice of what we call abstract sculpture. What I’m talking about, however, is more along the lines of an abstract expressionism applied to engineering, a “non-functional” engineering where not only function follows form, but the essence of the machine itself is discovered only after it already exists.



A non-Platonic, existential engineering where pre-determination holds no place, never mind first place. To tweak the old maxim by way of illustration, for a man confronting a raised nail, every solution becomes a hammer. Let us stop seeing problems everywhere we look. What I want is a mechanics beyond materialism, an enginnering unfettered by utilitarianism. Is necessity really the mother of invention? What if we invented not out of need, but out of pure desire? Invention for invention’s sake? The engineering of pure joy? Why not? Why must we only seek answers when there is a problem—when, in our desperation, almost any answer will do? How about a post-need engineering, one that creates out of a generosity of spirit, a satisfaction of soul?




If art can be useless, except that it provide us with tangible manifestations of the profound and the beautiful, why can’t machines serve the same function, or be returned to the same function, since tools were, in fact, the precursors, and for a time—several thousands of years apparently—even the sole object of art…and this when art was both technology and magic? Why not, then, an engineering of beauty? Why not tools, not of art, but that are art?

It is without a doubt among the most stupendous of tasks I set myself: that is, to proceed as if I woke up this morning to find the Great Bomb had fallen in the night while I slept and wiped out every achievement ever made by man, every book in which these achievements were recorded and blueprinted, and every man who might remember how they were achieved; it is hereafter up to me to try to recreate it all and I haven’t a clue as to where to even begin!

But the fact is this: I have never had the slightest doubt that if I should put my mind to it and using whatever odds and ends I could rustle up around the house and a few interesting items that might turn up at a typical neighborhood garage sale or two that I could build from scratch a rocket to the moon, provided, of course, that no one expected it to blast off, or go to the moon.

Somewhere or other, the German painter Gerhard Richter said that abstract art is an artist’s representation of a place like heaven or hell, no less, for instance, than the paintings of Hieronymous Bosh. In both cases, the artist “represents” places that don’t exist geographically, except, perhaps, as states of mind. Let us take up, then, the materials at hand; this world is a junk heap and everything in it is a building block with which we can create new objects for a new world to come. There are unlimited machines to discover for purposes we can not yet even conceive—machines small and large that seem to be utterly useless, non-operative, absurd (and what is a human body but the absurd engine par excellence…so far?), but that may some time in the unforseeable future prove to be of inestimable value to mankind. These machines cannot be invented unless we liberate ourselves from all existing notions of engineering, and where we have no such notions, or knowledge, so much the better, let us retain our childlike state of ignorance. But let our ignorance never stand in the way of our work. For knowledge may just as easily fence us in as set us free.

Let’s topple Plato from his plinth and to hell with the Parthenon. Let’s take a wrecking ball to the prison of Ideal Forms. Let’s glue what remains of last night’s candle to the dial of what might have once been a microwave oven found discarded in the gutter on 54th Street this morning. Let’s add an eyeglass lens and, perhaps, a small sealed vial of red ants. This is something, it must be, why it sits there in plain sight before us. Let us call it—for the time being—an Occivelopicator, why not? We are convinced it must be good for something; in fact, we feel it in our bones. Let’s watch it closely—perhaps it will reveal at last why we believed it should first exist.


Written by
KH

at the FreakB ox Blog

another review of dosse's book biography of guattari et deleuze....

Par Marie-Claire Calmus Parcours de Gilles Deleuze et Félix Guattari, ou comment restituer le foisonnement de la pensée des années 68. Compte-rendu de : François Dosse, Deleuze/ Guattari. Biographie croisée, Paris, La Découverte, 2007. 15 mars 2008.

Le livre de François Dosse, colossale somme biographique, politique et philosophique, a pour principal mérite, (mais il en a mille), y compris pour ceux qui ignorent tout de l’histoire de cette fabuleuse période, de restituer l’incroyable fête de l’esprit que fut mai 68 ; au-delà de l’expérience menée à la clinique de Laborde, pôle intellectuel et révolutionnaire des années 60-70, et lieu de rencontres célèbres dont celle de Deleuze et Guattari, c’est le mystère de l’« air » subversif de mai qui explique ce foisonnement et cette accélération de tant d’amitiés, débats, œuvres communes –dont la leur, L’Anti-Œdipe en 1972 et Mille Plateaux en 1980, et surtout l’élaboration de concepts et de perspectives que les penseurs isolés n’auraient pas eu l’audace de produire.

Dans ces années, à un rythme fou et avec une densité rare que restituent ces pages, entre récit enlevé et analyse, toute cette fécondité inconcevable des uns et des autres ne pouvait naître que du collectif –la vie intellectuelle s’intriquant de toutes les façons avec l’affective.

Comme le décrit bien François Dosse, Laborde était un pôle d’aimantation prestigieux ; il y eut ensuite le GTPSI, groupe de travail de psychologie et de thérapie institutionnelle en 1960, puis en 63 après la guerre d’Algérie, le FGERI, versant théorique de L’OG, l’opposition de gauche radicale prenant racine en milieu étudiant ; enfin le CERFI crée en 1967, se dissolvant provisoirement dans le Mouvement du 22 mars.

Toutes sortes de revues fleurissent autour de ces regroupements dont Recherches dirigée par Christian Bourgois des Editions de Minuit et qui deviendra l’organe du groupe, autour de trois thèmes : la folie, les mondes disciplinaires et la normalisation d’Etat (à partir de l’œuvre de Foucault) et la sexualité ; avec la publication en 73 des Equipements de Pouvoir et de 3 Milliards de Pervers (essentiellement rédigé par le FHAR) qui sera saisi et fera condamner Guattari à 600 francs d’amende pour outrage aux bonnes mœurs.

L’aspect majeur de la période et des personnalités qui la structurent jusqu’au bout de leur vie et de leur œuvre, est qu’on ne peut concevoir une recherche intellectuelle coupée du politique et surtout de l’engagement, y compris physique dans les mouvements de l’époque qui mêlent action et théorie.


Jamais comme alors la réflexion d’Hannah Arendt sur « l’archein » une parole qui est déjà action, n’a été plus vraie –et pour le discours théorique et pour cette parole quotidienne en flux libre dans les rues, à la Sorbonne, à l’Odéon, dans les usines. La fac de Vincennes (actuelle Paris 8) issue de Mai, où enseigne Deleuze, bien évoquée dans le deuxième grand chapitre du livre (« Déplis : biographies croisées »), est dix ans plus tard le symétrique de Laborde. Là aussi il s’agit de prendre parti y compris physiquement non seulement contre les factions réactionnaires mais contre les opposants de gauche à l’enseignement de Deleuze ; parmi ces opposants des célébrités comme Alain Badiou.

Cette épopée est celle de la pensée dont Dosse éclaire les axes et les nuances : Celle du scandaleux Anti-Œdipe, opposant le concept de corps sans organes à la psychanalyse de l’époque, notamment celle de Lacan, dont Deleuze dénonce le pouvoir : « comme tout pouvoir il a pour objet de rendre impuissante la production du désir et la formation d’énoncés, bref de neutraliser la libido ». Ce « corps sans organes, est la source du « mouvement qui anime les êtres et les choses jusque dans le champ social et historique », une nouvelle façon de poser les problèmes que salue Jacques Donzelot, sociologue. Citons Dosse à ce propos p. 258 : « Avec l’Anti-Œdipe, la psychanalyse doit subir l’assaut de la pensée nietzschéenne.



L’ouvrage est comme un bloc de savoirs hiératiques qui font caillots dans le flux de son écriture…Au lieu de se demander sans réussir à répondre à la question : « Qu’est-ce que la société ? », les auteurs ont le mérite de substituer une interrogation interpellative : « Comment vivons-nous en société ? », qui en entraîne d’autres : « Comment vivons-nous ? Comment habitons-nous la terre ? Comment vivons-nous l’Etat ? ». Le social n’est plus alors un champ neutre en proie à des logiques internes, mais le lieu d’investissements qui sont source de variations ».

Donzelot établit un rapprochement ente le « groupe en fusion » de Sartre et les révolutions moléculaires, de l’ordre de la schizophrénie (opposées aux révolutions molaires), chez Deleuze et Guattari.

Les remous produits par ce premier livre commun dans la presse et le monde intellectuel sont décrits en détail, souvent avec humour, les plus dénigrants dont Lacan finissant par se rallier aux découvreurs. Foucault est enthousiaste. Il y voit un art triple : « ars erotica, ars theoretica, ars politica ».

Pour Dosse, les effets de ce livre et le rôle de Guattari après 68 auraient évité la dérive terroriste d’organisations gauchistes, notamment la Gauche Prolétarienne –dérive qui atteint l’Allemagne et l’Italie. « La théorie du désir a eu peut-être raison en France de la pulsion de mort », comme le dit Jean Chesnaux à propos de Guattari : « au lieu de fabriquer des cocktails Molotov, il les mettait sur son divan de psychanalyse ».

De la même façon, l’ouvrage qui viendra ensuite : Mille Plateaux, opposant les machines aux structures, aura des incidences sur la façon de penser les grands problèmes internationaux comme la situation du peuple palestinien sur laquelle Deleuze écrit dans le Monde le 7 avril 1978, un article iconoclaste : L Geneurs. La notion de « plateau » est ainsi définie :



« Nous appelons plateau toute multiplicité connectable avec d’autres pratiques souterraines superficielles de manière à former et étendre un rhizome ». Et celle de machine de guerre page 313 : « Les machines de guerre ont aussi la fonction de faire circuler le sens, de transgresser les limites…elles doivent rester actives, car elles sont confrontées à l’Etat » défini par nos auteurs comme « un appareil de capture » contre lequel les minorités doivent se battre pour éviter leur disparition. Les formations sociales elles-mêmes sont des « processus machiniques ».

Les curieux de philosophie seront comblés par ce livre : non seulement grâce aux nouveaux concepts élaborés par les deux auteurs, mais au riche panorama des philosophes qui ont nourri leur réflexion, comme dans le premier chapitre, « Plis : biographies parallèles ». Après Platon dont Deleuze refuse la notion de transcendance, Nietzsche, Spinoza et Bergson dont il s’inspirera jusqu’au bout, y compris pour élaborer son concept d’image-mouvement au cinéma. « L’image-mouvement est automatique, elle sollicite l’image de la pensée ». Pour Deleuze et pour Dosse, c’est ce rapport direct au temps qui marque la génération de cinéastes comme Robert Bresson.

Dans son cours à Paris 8, Deleuze ironise à propos de la critique cinématographique traditionnelle : « C’est justement parce que le cinéma est capable de faire vivre l’automate spirituel qu’il est en rapport fondamental avec la pensée ».

La littérature, conçue comme clinique (« l’impouvoir vital de l’écrivain ») énorme force subversive, est aussi au centre de l’œuvre : Proust et les Signes en 64 et Kafka en 1975.

Sans être suspect de nostalgie, on ne peut qu’être ému à l’évocation de cette traversée de demi-siècle où, reléguant dans l’ombre les conservateurs pusillanimes et les (faux)-nouveaux philosophes, tous les grands penseurs et artistes contestataires ont fait chemin ensemble nonobstant les drames personnels ; tel le peintre Fromanger aidant un Guattari dépressif à la fin de sa vie à rédiger un livre.

Au centre de ces existences et de ce travail, un des plus beaux hommages qui soient à 68, échappant pour eux comme pour François Dosse à toute analyse politique classique, pur « événement » : comme le disaient Deleuze et Guattari dans Mille Plateaux « Un « Eventum Tantum » peut être imperceptible et pourtant tout changer. Faire un événement, si petit soit-il, la chose la plus délicate du monde, le contraire de faire un drame ou de faire une histoire. Aimer ceux qui sont ainsi : quand ils entrent dans une pièce, ce ne son pas des personnes, des caractères et des sujets, c’est un variation atmosphérique, un changement de teinte, une molécule imperceptible, une population discrète, un brouillard ou une nuée de gouttes. Tout a changé en vérité.


Les grands événements aussi ne sont pas faits autrement : la bataille, la révolution, la vie. Les vraies Entités sont des événements. »

Les personnes, les actes et les écrits de Deleuze et Guattari ont fait et continuent à faire « événement » ; en mineur on peut penser que ce beau livre, au-delà d’un anniversaire, si important soit-il en ces temps de réaction, le fera aussi.

9/11/2009

this



Word
The prophet is always being forced by God, literally violated by him, much more than inspired by him. The prophet is not a priest. The prophet does not know how to talk, God puts words in his mouth: word-ingestion, a new form of semiophagy.
_______________________
-- G.Deleuze and/or F.Guattari
A Thousand Plateaus (p.124)





"Monsters cannot be announced.

One cannot say: 'here are our monsters',
without immediately turning the monsters into pets."

"HYDRATEXT. The Hydra has many heads. You will not be able to choose between this one on the one hand, on the other that. And the play of differences between the right and the left hand..."


left hand deterri
right reterri
prose with left
poems with lefting
as antioedipus
pyloned her stakes

carrying the state
in her molecules







9/09/2009

a a a a a a a a aarrrrrrttaaaa OOOOOhhhhhhhhhhaauuuuuuuuuddddd

après le clos-ure encore le 'pain' ah, oui sortie de ça?
------------------------------------
a million oedipii wait in the wing cutting yer throat/yer eye/heart/schizophrene/
------------------------------------------
over elsewhere bores cutting along with populist psy
--------------------------------------------------------
face of the most beautiful man that ever lived...
those that ask questions/cut desire into lack /hatred/le negatif




« Je m'ennuie. Sans rémission ni recours possible. On ne m'aime pas, on m'a pris mon cœur. On s'en est servi pour en aimer d'autres que moi. Quand je l'ai réclamé, on m'a dit que j'étais fou. Tout cela finira très mal »

U speak language/mouth cut off liP in yer Lip where
mouth of mouth wanted
rest pause eat mouth
desire moleculed to your body away
yer voice ~
---------------------

Texte pour le moins prémonitoire…Il existe bien d'autres citations où il fustige la médecine et les médecins, j'en citerai quelques unes :

- O C T XXII p 67, les malades et les médecins : " guérir une maladie est un crime "

- O C T XXII p 201, juillet 1945 : " les médecins veulent m'imposer leur santé alors que pour moi c'est une maladie et que ce sont les bien portants qui sont malades et non les malades vrais. "

- O C T XIII p 13 : Il faut aussi lire dans son Van Gogh ce qu'il dit du Dr Gachet "je pense pourtant plus que jamais que c'est au docteur Gachet que Van Gogh a dû, de quitter la vie", et également un peu plus loin : "j'ai passé 9 ans moi-même dans un asile d'aliénés et je n'ai jamais eu l'obsession du suicide, mais je sais que chaque conversation avec un psychiatre, le matin, à l'heure de la visite, me donnait l'envie de me pendre, sentant que je ne pourrais pas l'égorger. "

... la correspondance avec Jacques Rivière en 1924 qu'elle est la plus criante, là encore laissons parler Artaud :" je souffre d'une effroyable maladie de l'esprit ". " Ma pensée m'abandonne à tous les degrésJe suis à la poursuite constante de mon être intellectuel ". " Il ne s'agit pas de plus ou moins d'inspiration mais d'une absence totale, d'une véritable déperdition ". " Je m'étais donné à vous comme un cas mental, une véritable anomalie psychique ". " ces vices de forme il faut les attribuer à un effondrement central de l'âme, à la séparation anormale des éléments de la pensée. " ". "


- Lettre à Latrémolière : " J’ai un grand service à vous demander. Ce serait de couper court en ce qui me concerne aux applications d’électrochoc que mon organisme manifestement ne supporte pas "

- Lettre à Ferdière du 24 octobre 1943 : " ce à quoi je tiens par dessus tout c’est d’éviter un nouveau traitement … ce traitement d’électrochoc m’a fait terriblement souffrir, et je vous prie de m’éviter une nouvelle douleur. "

- Du 20 mai 1944 : " je vous supplie de rappeler votre ame vraie et de comprendre qu’une série d’électrochocs de plus m’anéantirait. "

- O C T XIV** p 159 : " Celui qui est descendu dans l’électrochoc n’en revient pas, et il n’en remonte pas non plus un autre, il ne revient rien, et le corps externe achève de dévider son rouleau et c’est tout. "

Conclusion


- OCT XXII p 84 à propos de Ferdière : " Je n’avais pas à lui demander secours, je voulais lui demander simplement de cesser, comme il le faisait depuis trois ans, de m’empêcher de me porter secours, moi, à moi-même, car mes moyens de lutte le gênaient. J’avais pris la précaution de lui dire : ce n’est pas le médecin que présentement je viens voir mais l’homme, mais je venais à peine de prononcer ces mots que je vis devant mes yeux disparaître l’homme, le médecin qui me dit que les envoûtements n’existaient pas, que c’était un délire d’y croire, et que pour me faire renoncer à cette idée : Eh, Mr Artaud, me dit-il, je vois que votre délire vous reprend et je vais écrire à Jean Paulhan que je vais vous recommencer une série d’électro-chocs. "

- Et à propos du Dr Delmas dans une lettre à Jean Paulhan du 29 mai 1947 : " Or je suis Artaud l'homme qui pense que les médecins ne savent rien et que ce sont les malades qui savent parce qu'ils ont appris en souffrant… le Dr Delmas ici m'a plu parce qu'il n'a pas cherché à m'apprendre quelque chose sur moi comme les autres médecins ou a m'imposer quelque chose de lui : traitement ou médecine, mais à comprendre qui j'étais et ce que je cherchais "

ACTUALITES SUR ARTAUD :

Parutions récentes : Antonin Artaud écrivain du Sud, actes d’un colloque sur Artaud et les influences méditerranéennes, sous la direction de Thierry Galibert, chez édisud.

Le rire du Momo par Jonathan Pollock chez Kimé, l’humour d’Artaud et les influences des écrivains britanniques et du théâtre élisabéthain sur Artaud.

Expositions : une exposition intitulée " Hommage à Antonin Artaud " a eu lieu au MUMOK à Vienne en Autriche du 7 septembre au 17 novembre.

Théâtre : Artaud le Momo tête à tête à la Criée à Marseille du 14/01/03 au 22/ 02

Colloques : les 4 et 5 novembre 2002 à Sulmona en Italie " Antonin Artaud la pensée et l’absence d’œuvre "

Du 30 juin au 10 juillet 2003 à Cerisy " Antonin Artaud. Questions ouvertes "

'....Trouver une issue, le constant problème de Kafka, était aussi celui de Deleuze. Ne pas se plaindre, ne pas juger, trouver une issue ! Il nous faut mener deux guerres, l'une extérieure, l'autre intérieure, mais dans les deux cas, ne faire ni le point [ou seulement un point tactique], ni se plaindre; mener des guérillas et des pourparlers mais en tenant toujours le point de vue que tout ne se vaut pas. L'éthique de Deleuze est cette évaluation permanente des valeurs et des pratiques, des forces qui s'exercent, et qui vise à ne jamais déprécier la vie. S'installer dans cet immense processus sans commencement, ni fin, pour créer et résister aux côtés des hommes infâmes. Mais il ne suffit pas de se décréter infâme pour l’être… ; combien de figures à la belle rhétorique se sont révélées de tristes canailles. '


___________________________________________S OuRce et ressource
sorcière


9/04/2009

SpeAkIng of PInK PAnTherSssssssssssssssssszzzz Catch This

Extra! Extra ~~
Guest Star: Kate Winslet
Ricky Gervais Stephen Merchant Ashley Jensen
British comedy about background artist Andy Millman who tries to become a movie star.


Laugh Laugh your way
to Joy
the Uproarious
Laughter
of Shag
Bag
and Rag!
O Mates
~




-----------------------------------------------------------------------

Talk dirty to me Baby ~